Policy debate | ‘La politique française de coopération’, note de la rédaction en complément aux articles de Philippe Marchesin

La Revue publie deux articles tirés de La politique française de coopération. Je t’aide moi non plus, Paris, l’Harmattan, 2021, https://www.editions-harmattan.fr/livre-la_politique_francaise_de_cooperation_je_t_aide_moi_non_plus_philippe_marchesin-9782343221625-68421.html.

Cette contribution, qui se décline sous la forme de deux articles (I – L’aide-intérêt ; II – L’aide-échange), entend faire le point sur la politique française de coopération ou aide publique au développement de la France. De par son histoire et son contenu, cette politique publique a une valeur paradigmatique. Elle est bâtie sur deux poncifs que nous tenterons de déconstruire dans chacun des deux articles.

Le premier poncif qui est analysé dans ce premier article renvoie à la nature schizophrénique de l’aide mise en évidence dans la plupart des textes officiels. Elle s’appuie sur le couple solidarité/intérêt faisant référence au grand écart permanent qui la caractériserait, entre bonnes intentions solidaires et froide réalité de l’intérêt national. En réalité, la seconde dimension prend nettement l’avantage sur la première.

Le second poncif qui fait l’objet de ce second article, renvoie à la définition convenue de l’aide publique au développement présentée comme un flux unidirectionnel d’un donateur vers un receveur. En fait, il s’agit d’un échange. L’aide n’est accordée qu’en contrepartie de divers avantages. Il convient donc de décentrer le regard habituellement porté sur l’aide en s’intéressant autant, sinon plus, à ce que le donateur reçoit qu’à ce qu’il octroie, ce qui conduit à une nouvelle définition de l’aide publique au développement.

Cette rubrique est ouverte aux commentaires, réactions, comparaisons et lectures complémentaires.



Citer ce billet
DevPol Journal (2021, 19 octobre). Policy debate | ‘La politique française de coopération’, note de la rédaction en complément aux articles de Philippe Marchesin. Policy Debate. Consulté le 30 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/njyc

Vous aimerez aussi...

2 réponses

  1. Baptiste Laventure-Darival dit :

    Ces 2 articles extraits de votre ouvrage sont extrêmement intéressants pour tout “développeur” qui souhaite comprendre les tenants et aboutissants de l’ “aide” et les intérêts sous-jacents. A cet égard, le rapport Gaymard “Relancer la présence économique française en Afrique : l’urgence d’une ambition collective à long terme” (2019) est explicite et illustre un discours de plus en plus décomplexé en la matière. Que dire ensuite du Sommet “renouvelé” Afrique-France… Peut-être cela a-t-il été mentionné dans votre ouvrage, que j’ai hâte de consulter !

    • Marchesin dit :

      Merci beaucoup pour votre commentaire. J’évoque le sommet de Montpellier dans un autre ouvrage (bien plus succinct) que je viens de publier également chez L’Harmattan : Développement solidaire et lutte contre les inégalités mondiales. Bien à vous. Philippe Marchesin

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search